Vidéo

 

Pour regarder une séquence vidéo, vous devez cliquer sur l'icône située à gauche de chaque description.

Extraits vidéos

Clap

Malte, 2 décembre 1989 :

Extrait de la conférence de presse commune donnée par le président américain George Bush et le secrétaire général du parti communiste soviétique Mikhaïl Gorbatchev.
Le sommet de Malte, première rencontre entre les deux chefs d'Etat, a permis de jeter 
« les bases d'une paix durable et de transformer les relations Est-Ouest en une coopération permanente », selon le président Bush. « Lors des entretiens, un esprit d'ouverture et d'amitié s'est installé et cette confiance grandissante [...] ne pouvait qu'aider à renforcer la sécurité en Europe »1 alors que les régimes communistes d'Europe de l'Est s'effondraient les uns après les autres. Malte constitue donc un nouvel exemple de diplomatie personnelle et de prudence.
__________

1. G. Bush et B. Scowcroft, A la Maison Blanche, Editions Odile Jacob, 1999, p. 191.

Séparateur

Clap

Arabie Saoudite, 22 novembre 1990 :

Le 2 août 1990, l'Irak de Saddam Hussein envahit le Koweït, petit Etat riche en pétrole. Dès les premiers jours de la crise, le président américain George Bush est très clair : « cette agression ne passera pas ». En presque six mois, plusieurs centaines de millers de soldats américains sont déployés en Arabie Saoudite afin de préparer une éventuelle action militaire, si jamais l'Irak ne se pliait pas aux exigences du droit international et des Etats-Unis.
La séquence vidéo proposée est un court extrait du discours de George Bush aux Boys lors de sa visite le jour de Thanksgiving.
« Notre mission est de protéger la liberté, notre avenir et des vies innocentes. C'est pourquoi nous ne partirons pas avant d'avoir refoulé l'envahisseur du Koweït. » Dans la nuit du 16 au 17 janvier 1991 débutait l'opération « Tempête du désert ».

Séparateur

Clap

Etats-Unis, février 1994 :

Extrait de l'excellent documentaire Décisions secrètes sur la guerre du Golfe. George Bush y résume l'une des principales erreurs d'appréciation de Saddam Hussein.

Retour